Le printemps sur un air de guitare

Depuis 1993, Antony vibre chaque printemps au son des cordes de guitare. Pour cette 22ème édition des Rencontres internationales de la guitare, du 26 au 30 mars, c’est le Venezuela qui est à l’honneur, avec, comme toujours, une programmation pointue et ouverte à la fois.

affiche-rencontres-guitare-antony-2014

Instrument ancien et art contemporain

© Jesus Cornejo

© Jesus Cornejo

“Une invitation au voyage dans le temps et dans l’espace.” C’est ainsi que Gérard Verba, directeur artistique du festival, définit l’ambition de ces rencontres. Le festival célébrera en effet cette année l’histoire de la guitare, à travers le folklore vénézuélien et son fameux cuatro, une petite guitare à quatre cordes, descendante directe des instruments qui accompagnaient les conquistadors dans leur galions.  Instrument criollo (national) par excellence, le cuatro est la pierre angulaire des petits orchestres traditionnels (conjuntos criollos) qui sillonnent le pays. Vous découvrirez sa sonorité particulière sous les doigts du virtuose José Luis Lara (qui donnera également une masterclass à ne pas manquer) et plongerez dans le répertoire des conjuntos avec le groupe Guasak cuatro.

rafael-soto-museum-bolivarC’est aussi le moment de visiter l’exposition “Jeux de mouvements”, consacrée à l’art cinétique vénézuélien. Elle présente jusqu’au 30 mars les œuvres de cinq artistes contemporains, et notamment du pionnier en la matière, Jesús Rafael Soto — dont on rappelle au passage qu’il était un grand ami du chanteur et… guitariste Paco Ibañez (avec qui il enregistra en 2003 le superbe album Fue Ayer). L’occasion de découvrir ou de redécouvrir ce courant de l’art contemporain né au milieu des années 50, qui met la perception et le mouvement au centre de l’œuvre.

Création, découverte et voyage

Grafs, pochoirs et affiches sur les murs de ParisGrand voyageur, le festival quittera les Caraïbes pour l’Europe le temps d’une soirée fado “Hommage aux grands poètes de la littérature portugaise” avec Ricardo Parreira, Vânia Conde et Marco Oliveira, qui ont mis en musique de grands textes du patrimoine poétique lusophone. Guitare portugaise à cordes pincées, saudade, littérature et… gastronomie au programme, puisqu’une dégustation est prévue  à l’entracte.

Comme chaque année, au terme des Rencontres seront décernés les prix du prestigieux Concours international de guitare, qui voit défiler, parallèlement au festival, des virtuoses venus du monde entier. Pour la finale, les candidats devront interpréter une œuvre de Karol Beffa composée spécialement pour l’occasion. Une manière de mettre en avant la création contemporaine en même temps que les nouveaux talents.

gen-matsudaCréation, découverte et voyage : c’est aussi le parti pris du concert de clôture, le 30 mars, qui proposera un concert de Gen Matsuda, lauréat du concours 2013, mais aussi une interprétation du Concerto pour guitare de Karol Beffa, et enfin un petit air de milonga avec un duo guitare et bandonéon.

Une édition 2014 au parfum de Caraïbes et d’Atlantique, d’art contemporain et d’histoire, de folklore et de mélancolie. Demandez le programme.

Cet article a été publié dans culture. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>